mercredi, janvier 19, 2022
Home > Santé > Vo/Santé sexuelle et reproductive : L’ODOS en atelier de réflexion et de facilitation avec des acteurs locaux

Vo/Santé sexuelle et reproductive : L’ODOS en atelier de réflexion et de facilitation avec des acteurs locaux

 

L’ODOS a lancé le mercredi 15 décembre 2021 à vogan dans la préfecture de Vo une formation à l’endroit des groupes cibles et des parties prenantes du projet « Santé de la reproduction et procréation responsable pour la capture de dividende démographique au Togo ».

Le projet vise à amener les populations à procréer avec une assurance et que les naissances surviennent dans de bonnes conditions de santé pour les enfants et les mères ; que les parents anticipent le nombre d’enfants désirés et espacent les naissances, ce qui leur permet d’avoir la capacité d’offrir un développement harmonieux à leur progéniture.

Il est question entre autres de renforcer les capacités des parties prenantes sur les thématiques dudit projet ; définir leurs rôles et responsabilités et responsabilités dans l’atteinte des objectifs ; et puis identifier les activités à mener ensemble avec chaque partie prenante dans la mise en œuvre du projet.

Les différentes thématiques concernées par ce séminaire sont les concepts de la santé de reproduction (SR) ; de la procréation responsable (PR) ; la notion de la capture de Dividende Démographique ; la conscientisation sur les questions de la SR, de la PR et du développement socioéconomique ; les avantages et possibilités de l’investissement dans le capital humain ; les avantages d’une procréation responsable dans les secteurs de développement socioéconomiques au Togo.

La cérémonie d’ouverture a été présidée Directeur préfectoral chargé de l’action sociale de Vo, Moikisso Sangué-Douti ; la Directrice préfectorale de la Santé de Vo, Dr Eméfa Kafui Akakpo, le secrétaire général de la préfecture de Vo, Ahomadégbé Akakpo et le Coordonnateur National de ODOS, Dr Roger Goeh-Akue. 

Photo de famille des participants

Dans son mot de bienvenue, le Directeur préfectoral chargé de l’action sociale a précisé qu’aujourd’hui, le monde a changé et que les ressources qui existaient avant ne sont plus disponibles et une responsabilité des êtres humains est indispensable pour savoir procréer et conduire cette procréation afin que les problèmes sociaux de l’heure trouvent des solutions durables.

Pour sa part, la Directrice préfectorale de la Santé a fait savoir que le thème de la formation est très important compte tenu de la cherté évolutive de la vie dans les pays en voies de développement surtout dans les milieux ruraux défavorisés. « La plupart des femmes que nous recevons dans nos formations sanitaires sont des plusieurs gestes ; des femmes qui viennent accoucher pour la dixième fois ou pour onzième et elles viennent souvent sans moyens financiers et c’est aux services sociaux à qui nous faisons appel pour pouvoir les prendre en charge. Ceci dénote vraiment de la difficulté que nous avons dans nos sociétés ou dans nos maisons à prendre en charge ces enfants que nous mettons au monde » a-t-elle ajouté.

Dans son intervention, le Coordonnateur National de ODOS a situé la rencontre dans son contexte. Pour lui, le Togo a une démographie caractéristique de plusieurs pays africains en termes de procréation et le gouvernement s’acharne à fournir les meilleures offres en santés sexuelle et de reproduction et organisations de la société civile voire toute la population doivent être impliquées dans cet effort afin que les résultats soient probants.

Le secrétaire général de la préfecture a vivement salué cette initiative de ODOS tout en invitant les participants à être attentifs et dévoués aux travaux. Il a profité de l’occasion pour souhaiter une fructueuse année 2022 à tous.

Ledit projet est financé par PMU InterLife et concerne huit (08) préfectures à savoir Bassar, Kloto, Moyen-Mono, Tchaoudjo, Tone, Vo, Yoto et Zio.                           

Alain ALOWANOU                                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *