dimanche, décembre 4, 2022
Home > Santé > L’obésité, source de maladies, ne doit pas être dévastatrice : connaissez-la

L’obésité, source de maladies, ne doit pas être dévastatrice : connaissez-la


Florent était fatigué et à bout de souffle. Même les activités les plus simples, comme se déplacer dans la maison ou jusqu’à la voiture, l’essoufflait.

Assis dans la salle d’attente de son médecin, il se sentait découragé et malheureux. Il n’avait pas perdu de poids depuis sa dernière visite médicale, trois mois de cela.

Pour compliquer les choses, il fumait toujours, et son taux de glycémie dépassait la normale. Néanmoins, Flo n’arrivait pas à renoncer aux doughnuts (beignets) sucrés qu’il affectionne tellement, accompagnés de café sucré ou de colas. Son diabète, le tabac, son obésité et sa vie de sédentaire lui avaient entrainé une attaque à juste à l’âge de 25 ans. Cela a été brutal, avec une grosse cicatrice sur son myocarde suivi d’une décompensation cardiaque.


Un peu embarrassé, le jeune Florent s’adressa furieusement à son médecin. « Voilà docteur, je savais que vous ne seriez pas très content de mon poids encore élevé, du fait que je fume encore quelques cigarettes. Mais je n’inhale pas la fumée par contre ! Désolé, doc, je ne voulais pas vous décevoir. »


Le médecin Evance l’encourage gentiment à essayer de nouveau, soulignant qu’avec l’affaiblissement de son cœur, son diabète, son tabac, et son embonpoint, à moins de procéder à des changements drastiques, il allait passer l’arme à gauche malgré son jeune âge.


La réaction de Florent fut brusque et étonnante : Et si on me transplantait un cœur, docteur ? J’en ai entendu parler. Puis-je obtenir un nouveau cœur ?
« J’aimerais que ce soit aussi facile et aussi simple que ça, répondit le médecin. Les dons de cœur sont rares, puis il y a tous les médicaments à prendre pendant des années. C’est un dernier recours qui peut t’aider, mais il est limité à quelques personnes. Vous devez changer de vie et sans plus tarder. » Finalement notre ami Florent avait compris la gravité de sa condition, ce qui l’amena à modifier sa manière de vivre.


Plusieurs sont ceux qui luttent, comme Flo, contre des maladies non-transmissibles : cancers, cardiopathies, problèmes respiratoires et diabètes. Ils en ont en commun quatre facteurs de risque : l’usage du tabac, l’inactivité physique, l’alcool et une alimentation déséquilibrée. Vous pouvez être en danger sans avoir pleinement conscience.


La pandémie de l’obésité


Le surpoids et l’obésité se sont tellement répandus que les professionnels de santé parlent de pandémie. Lorsqu’une maladie atteint des niveaux élevés dans une communauté ou une dans une région géographique donnée, on la désigne médicalement comme une épidémie, mais si elle se produit dans plusieurs parties du monde simultanément, elle est qualifiée de pandémie.


Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, au moins 2,8 millions de personnes meurent chaque année de surpoids ou d’obésité. Le pays développés et pauvres sont concernés. L’obésité n’est plus limitée aux sociétés à revenus élevés.
Vous pouvez calculer votre surpoids ou obésité, définie généralement comme « l’accumulation anormale ou excessive de graisse pouvant nuire à la santé ». Il vous faut pour cela obtenir votre indice de masse corporelle (IMC). Si votre IMC est égal ou supérieur à 25, vous avez du surpoids et à partir de 30 vous êtes obèse. Dans les deux cas, il est bon d’entreprendre des changements dans votre vie.


Le calcul de l’IMC : (poids en kilos) / (taille en mètrestaille en mètres)
Par exemple si vous pesez 60 Kilos et mesurez 1,70 cm, votre IMC sera :
60/(1,7 1,7) 20,8 (votre poids est normal).
Que révèle votre IMC ? Etes- vous en danger ? En surpoids ? Votre tension est-elle normale ? Consommez-vous de grandes portions d’aliments gras, raffinés, transformés, et riches en colories ? L’obésité est une pandémie, combattez-la !


Permettez-moi de vous présenter cette formule dangereuse dont il faut s’en passer pour vivre en bonne santé : Obésité + Diabète = Diabésité.


L’obésité entraine entre autres, l’exposition aux maladies cardiaques, à l’hypertension et à certains cancers. Mais la plus courante conséquence est le diabète, qui retiendra notre attention. Une personne sur 20 souffre de diabète !


L’obésité, définie comme une surcharge pondérale de 20 % constitue le premier facteur qui cause le diabète de type II. 80 % des personnes atteint du diabète de type II sont obèse. Les deux conditions sont intrinsèquement liées que plusieurs experts les désignent comme une seule maladie surnommée « diabésité ».


Au cours des dernières années, le diabète a considérablement augmenté : On estime que 3,4 millions de personnes meurent chaque année des complications de cette pathologie. L’Organisation Mondiale de la Santé prévoit que le diabète constituera la septième cause majeure de décès d’ici 2030. Devant un adversaire aussi coriace, il est apodictique de mettre des stratégies en œuvre pour le détruire.


Qu’est-ce que le diabète ?


Notre corps contient un système complexe de vaisseaux sanguins allant de 2,5 centimètres de diamètre à seulement 0,0005 centimètres, juste assez pour laisser passer un globule rouge à la fois. Le sang transporte tous les nutriments nécessaires au bon fonctionnement des cellules. La source d’énergie de la cellule est un sucre simple appelé glucose. Trop de glucose peut abimer la cellule. Aussi, le corps a un merveilleux moyen de réguler la quantité de sucre dans le sang. Il utilise l’insuline, substance produite par le pancréas.


Le diabète est une maladie chronique où la quantité de sucre présente dans le sang est mal régulée : soit la production d’insuline est anormale (diabète de type I), où le corps développe une résistance à l’insuline, qui entraine une déficience dans la régulation du sucre (diabète de type II).

Toutefois on peut observer un troisième type de diabète chez les femmes enceintes qui n’ont jamais eu de diabète. Cela se produit le plus souvent après trois mois de grossesse. L’obésité pendant la grossesse est un facteur de risque majeur de l’obésité infantile ; elle accroit aussi le potentiel de souffrir d’hypertension ainsi que d’autres complications sévères. Les bébés d’une mère obèse sont plus susceptibles de naitre avec des déficiences et des problèmes cardiaques.


Les personnes souffrant de diabète se plaignent souvent d’uriner trop. Le niveau important de sucre dans le sang se déverse dans l’urine. La perte plus grande de liquide (et de sucre) dans l’urine stimule le mécanisme de la soif qui poussent ces personnes à boire beaucoup d’eau pour compenser.


Prévention, inversion, ou contrôle du diabète


Les diabétiques doivent surveiller attentivement leur glycémie et recourir parfois à des injections d’insuline, notamment dans le cas du type I. Certains patients du type de II ont besoin de comprimés qui font baisser le taux de sucre, mais la base du traitement consiste à adopter une alimentation à base de plantes, riche en fruits frais, légumes, tout en étant pauvre en glucides raffinés et lipides saturés.

L’activité physique et la perte de poids peut prévenir ou retarder le diabète. Un contrôle précis de la glycémie aide à prévenir les effets négatifs de la « diabésité » et améliore la grossesse ainsi que la santé du bébé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *