samedi, janvier 16, 2021
Home > Economie > Les transferts monétaires, une bouée de sauvetage pour des milliers de ménages pauvres au Togo

Les transferts monétaires, une bouée de sauvetage pour des milliers de ménages pauvres au Togo


Le programme de transferts monétaires a été lancé en avril 2019 pour donner accès à une aide financière non remboursable aux ménages vulnérables sur l’étendue du territoire. Il est destiné à accroître le revenu et la consommation des familles ciblées et, de ce fait, leur capacité à faire face aux chocs. Depuis qu’il est mis en œuvre, les populations tournent progressivement le dos à la pauvreté ; elles mangent à leur faim, se prennent suffisamment en charge et préparent l’avenir de leurs enfants.
Les transferts monétaires ciblent 61 000 ménages issus de 585 villages des 209 cantons les plus pauvres du Togo en fin 2020 et 120 000 ménages à l’horizon 2021. Chaque ménage reçoit une subvention trimestrielle de 15 000 francs CFA pendant deux (02) ans, destinée à assurer leurs besoins nutritionnels, sanitaires, scolaires et pouvant leur permettre d’économiser pour mettre en place des activités génératrices de revenus. Avec l’apparition de la covid-19, les dirigeants ont ouvert le programme à 79 000 nouveaux ménages, pour une période de six (06) mois.


A la date du 31 août 2020 dans la région des Savanes, ils sont au total 15 657 ménages de 176 villages qui bénéficient de ce soutien, soit leur 6ème paiement pour un montant total de 1 409 130 000 francs CFA. 11 171 foyers sont touchés dans la région de la Kara. Dans la région centrale, près de 8 000 ménages vulnérables bénéficient du programme tandis que 15 055 ménages de 169 villages sont pris en compte dans la région des Plateaux. 8 125 ménages pauvres issus de 91 villages de la région maritime ont été touchés depuis le début du programme à la fin du mois de juillet 2020. A ce jour, le financement annuel dédié aux transferts monétaires s’élève à 4,32 milliards de francs CFA.


De 2020 à 2025, les pouvoirs publics prévoient plus de transferts monétaires pour les ménages vulnérables. Ils étendront les mécanismes de filets sociaux aux personnes du troisième âge, aux malades et aux handicapés, incluant le développement d’une véritable filière de métiers des soins à la personne et le détachement au niveau communal de personnel dédié. Géré par l’Agence nationale d’appui au développement à la base (Anadeb), le programme de transferts monétaires est un véritable outil de lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales. C’est une composante du projet des Filets sociaux et services de base (FSB) qui englobe également les cantines scolaires ; celles-ci permettent d’offrir des repas à 92 000 élèves en moyenne chaque année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *