mardi, septembre 21, 2021
Home > Economie > L’ANPGF et le CNP-TOGO définissent un cadre formel pour la promotion et le développement des PME/PMI

L’ANPGF et le CNP-TOGO définissent un cadre formel pour la promotion et le développement des PME/PMI


L’Agence Nationale de Promotion et de Garantie de financement des PME/PMI (ANPGF) et le Conseil National du Patronat du Togo (CNP-Togo) ont procédé à la signature d’un contrat de partenariat ce jeudi 27 Août 2020 à Lomé.

Définir un cadre formel des relations entre les deux institutions pour la promotion et le développement des Petites et Moyennes Entreprises, en leur offrant des services financiers adéquats et un encadrement approprié pour leur développement, tel est l’objet de la convention de partenariat signé par Madame Naka G. de Souza, Directeur Général de l’ANGPF et Monsieur Coami Sedolo Tamegnon, Président du CNP-Togo.

En effet cette convention de partenariat portera de façon spécifique sur un plaidoyer pour la mise place de mesures incitatives de création de PME/PMI notamment dans les régions ; assistance mutuelle pour une meilleure connaissance des missions et objectifs des deux institutions par les dirigeants des PME/PMI, les promoteurs et porteurs de projets ; échanges d’informations et de documents pertinents sous réserve du respect des textes régissant chacune des deux institutions ; échange d’expériences et de ressources humaines sous forme de coopération entre experts et techniciens ; formation des ressources humaines des deux institutions, à travers l’organisation conjointe de séminaires, des stages d’imprégnation des agents d’une institution à la demande l’autre ; assistance technique mutuelle entre les parties dans leurs domaines de compétence respectifs, demande de la partie qui en éprouve le besoin. Aussi les deux institutions signataires prendront des mesures appropriées pour que chacune des parties puisse être représentée lors des réunions d’intérêts commun organisées sous les hospices de l’une et ou de l’autre partie.

Selon Coami Sedolo Tamegnon, Président du CNP-Togo, ce protocole d’accord cadre parfaitement avec les aspirations de chacune des deux parties et contribuera certainement à l’atteinte d’objectifs communs, à savoir favoriser l’accès au financement des PME/PMI et promouvoir la création des emplois.


« Ce protocole vient à point nommé, au moment où le secteur privé en a le plus besoin. Par ces temps de morosité de l’activité économique, nous avions de sérieuses inquiétudes, voire de graves préoccupations quant à savoir comment relancer notre économie dans ce contexte de crise sanitaire liée au COVID-19. A présent, nous pourrions commencer par créer des voies d’accès au financement pour les PME/PMI. Et c’est en cela que cet accord de partenariat ouvre pour nous une porte vers l’espérance » a-t-il déclaré.

Coami Sedolo Tamegnon, Président du CNP-TOGO

« Si nous insistons sur l’importance particulière à accorder aux PME/PMI, c’est parce que cette catégorie d’opérateurs économiques constitue le plus important volet du tissu économique national et le levier principal d’une véritable relance économique » a rajouté Coami Tamegnon.

Pour Naka G. de Souza, Directeur Général de l’ANGPF, il est indéniable que l’acuité des problèmes auxquels sont confrontés les entrepreneurs nécessite une synergie d’actions de tous les acteurs de l’écosystème. « C’est dans ce cadre que l’Agence Nationale de Promotion et de Garantie de financement des PME/PMI (ANPGF), créée par le Gouvernement sous l’initiative du Chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, se veut une structure de premier plan pour appuyer les promoteurs d’entreprises, les PME/PMI, les Groupements et Coopératives aux côtés d’autres structures à vocation similaire en l’occurrence le Conseil National du Patronat. Pour parvenir à un recul significatif et durable de la pauvreté dans notre pays, dans un environnement éprouvé par les effets de la COVID-19 sur l’activité économique, la réalisation d’une croissance forte, au moins deux fois supérieure à celle enregistrée jusqu’à présent » a-t-elle indiqué.

Naka G. de Souza, Directeur Général de l’ANPGF

Elle a par ailleurs profité de l’occasion pour exhorter les opérateurs économiques, les Etats et organisations de promotion du secteur privé, à transformer ces entraves en opportunités.

Soulignons que l’ANPGF opérationnelle depuis douze ans, n’a jamais failli à sa mission qui consiste à la fois à financer les entreprises et à les encadrer dans le but d’assurer leur développement. Pour sa part, le CNJ-Togo, pour sa part représente le secteur privé togolais et regroupe actuellement en son sein 21 associations professionnelles et plus de 1300 entreprises. Il mène des actions de plaidoyer auprès des pouvoirs publics et des autres partenaires tant nationaux qu’étrangers, dans le but de protéger et de défendre les intérêts de ses membres et de l’ensemble du secteur privé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *