mercredi, janvier 19, 2022
Home > Société > JOURNALISTE TOGOLAIS À L’ÉPREUVE DE L’AUTOCENSURE

JOURNALISTE TOGOLAIS À L’ÉPREUVE DE L’AUTOCENSURE

Un journaliste est une personne qui recueille, écrit ou distribue des informations. Dans les pays de grande civilité on leur consacre entièrement le quatrième pouvoir et ils bénéficient de tous les égards.

Il est devenu difficile d’exercer la profession de journaliste objectif dans notre pays le Togo. J’ai exercé mon métier de journaliste depuis de nombreuses années à la rédaction du journal papier sans problème majeur. À l’ėre du numérique votre seule chance d’être lu est de traiter instantanément l’information pour être à la page. Le journaliste fait la fierté de sa communauté qui l’associe à titre d’honneur à des activités d’intérêts communs. D’autres personnes vont jusqu’à donner son nom à des rues etc…


Ici au Togo c’est le contraire, les administrateurs des groupes whatsapps se transforment en service monitoring de la HAAC. J’ai été abusivement retiré de nombreux groupes whatsapps parce que j’ai partagé un reportage qui critique le pouvoir en place. Nous ne voulons pas des informations politiques ici disent ils, ou encore lorsque notre association SOLIDARITÉ PLANÉTAIRE défend leur propre intérêt économique et social ils trouvent derrière cela de la politique. Certains sont passés maître dans l’art de critique etc… C’est à tous ceux là que Donald Trump demande encore 100 ans de colonisation en Afrique.
Le studio d’une station radio ici à Lomé portait le nom du journaliste Jean Hélène, un confrère français tué en côte d’ivoire. Aucun autre ne porte le nom d’un journaliste togolais.
Sur nos champs de reportage, ce sont nos matériels de travail qui intéressent les militaires qui nous les arrachent, nous somme de supprimer nos images ou carrément détruisent nos matériels. Le 10 août 2019 à 10h du matin un voleur ou un homme en mission je ne sais, s’introduit discrètement dans mon bureau pour voler mon ordinateur portatif de marque TOSHIBA alors même qu’il avait d’autres choses de meilleur à voler.


Venez voir le journaliste lors du conseil de rédaction ou lors de la rédaction d’un article et vous comprendrez ce que lui coûte les articles que vous attaquez. Pour boucler cet article, je demanderai à tous mes confrères de bouder les groupes whatsapps qui sabotent leurs oeuvres. À 6 mois des élections présidentielles, les attaques se multiplient contre les journalistes libres d’esprits. La liberté d’expression et de pensée font partie des principes cardinaux qui soutiennent les valeurs démocratique à travers le monde. Le togolais moderne n’a pas besoin de phychologue pour tourner avec le reste du monde, alors tâchons valoriser nos journalistes au Togo.

Yawo KLOUSSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *