mardi, septembre 21, 2021
Home > Economie > Harmonisation des critères de classification : La charte des TPME bientôt révisée

Harmonisation des critères de classification : La charte des TPME bientôt révisée

En conseil des ministres ce mercredi 16 Juin 2021, le ministre auprès du Président de la République chargé de l’inclusion financière et de l’organisation du secteur informel, Assih Mazamesso a présenté une communication relative à la révision de la charte des très petites et moyennes entreprises (TPME).

Selon le communiqué sanctionnant le Conseil, la  charte des TPME est un document qui présente les critères de classification et les mesures de soutien à ces entreprises. Face aux obstacles qui empêchent une véritable expansion et à un accroissement des capacités entrepreneuriales des populations, il est apparu nécessaire de réviser la charte actuelle afin de l’adapter au contexte économique et social présent

A en croire le Ministre de la communication, des médias, porte-parole du gouvernement, Prof Akoda Eyewadan, l’acte uniforme sur les sociétés commerciales et le groupement économique, dispose des critères pour identifier les petites et moyennes entreprises.

« Lorsque vous prenez les critères de la Banque mondiale et de la CEDEAO et autres, il y’a d’autres critères. Face à cette diversité, il y’a une réelle difficulté à identifier les très petites, petites et moyennes entreprises. La conséquence de ce floue, c’est que lorsque vous solliciter un financement, vous ne saviez pas dans quelle case vous étiez concrètement pour obtenir ce financement selon que vous êtes devant la banque mondiale, selon que vous postulez pour un financement de l’UEMOA, de la CEDEAO » a-t-il expliqué.

« L’objectif visé par cette révision de la charte est d’identifier des seuils en lien avec qui est proposé par la Banque mondiale, l’UEMOA, la CEDEAO et peut-être ce qui se fait au tours du Togo pour avoir des critères objectifs, clairs et cohérents qui permettent aux entrepreneurs togolais de pouvoir postuler à des financements que ce soit à l’interne ou sur le plan sous régional et même sur le plan international » a déclaré le ministre Akoda.

Le but de la communication est de demander l’autorisation de faire ce travail d’harmonisation des critères de classification.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *