dimanche, décembre 4, 2022
Home > Economie > Amélioration du cadre de vie des populations : Les pouvoirs publics ont investir plus de 30 milliards FCFA

Amélioration du cadre de vie des populations : Les pouvoirs publics ont investir plus de 30 milliards FCFA



Le ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Réforme Foncière a procédé, ce vendredi 17 décembre 2021, au lancement des travaux de réalisation d’ouvrages de drainage, d’aménagement et d’assainissement des rues à Lomé.

Pour améliorer le cadre de vie des populations togolaises, le gouvernement a mis un accent particulier sur le développement urbain, l’aménagement du territoire et la protection de l’environnement. Ainsi, le gouvernement ne cesse de multiplier des actions dans ce sens.


Les pouvoirs publics vont investir plus de 30 milliards de FCFA dans les deux projets de construction d’ouvrages de drainage d’eau pluviales, d’aménagement et d’assainissement des rues à Lomé.
D’un cout global de 1.571.513.693 F CFA TTC, la première phase du projet de construction d’ouvrages de drainage des eaux pluviales de la zone Auba  va couvrir les quartiers Tokoin Egnonam et Tokoin Elavagnon situés dans les communes Golfe 2 et Golfe  3.


Ce projet vise à réduire le risque d’inondation dans la zone Auba ; contribuer à la sécurisation des riverains et de leurs biens et d’améliorer les conditions sanitaires et d’hygiène. La durée d’exécution des travaux est prévue pour dix mois.


En ce qui concerne le projet d’aménagement, d’assainissement et de bitumage du Boulevard Mobutu (1739 ml) et la rue Maria Auxiliadora (2668 ml), les travaux seront réalisés dans un délai de onze mois et vont coûter 4.955.494.452 F CFA TTC. Ce projet couvre les quartiers de Bè, notamment Gbenyedzi, Hounvemé, Ahligo, Kotokoukoundji, Akodessew et Ablogamé dans la commune Golfe 1.
Il vise à réduire le risque d’inondation  dans la zone du projet; améliorer les activités économiques dans les zones d’exécution du projet et d’améliorer les conditions de transport et réduire le coût de transport des personnes et des biens.


A en croire Komla Edoh, directeur de cabinet, représentant le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Réforme Foncière à la cérémonie de lancement, le gouvernement à travers sa feuille de route 2020-2025, a placé rang des priorités le développement urbain, l’aménagement du territoire et la protection de l’environnement. Le ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Réforme Foncière a pour entre autres missions, l’amélioration du cadre de vie des citoyens grâce à la construction de 20.000 logements décents à coûts abordables, l’immatriculation de 30 % du territoire national, l’accès de la population aux ouvrages d’évacuation des eaux usées et l’accès de 86 % de la population aux ouvrages d’assainissement à l’horizon 2025.


« Pour atteindre ce dernier objectif d’engagement et rapprocher les populations des services de base, le gouvernement, à travers le ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Réforme Foncière a initié deux importants projets supervisés par la Direction Générale des Infrastructures et des Equipements Urbains :  Il s’agit du projet de construction d’ouvrages de drainage des pluviales de la zone Auba à Lomé et du projet d’aménagement, d’assainissement et de bitumage de 14,34 km de rues urbaines à Lomé », a-t-il indiqué.


Le respect des règles d’art et des délais des entreprises contractuelles
Komla Edoh, a, à cet effet, exhorté les entreprises et bureaux d’études attributaires desdits marchés et les a encouragés à réaliser les projets dans les règles de l’art et dans les délais contractuels convenus.


Et de faire savoir que « Les ouvrages et voiries réalisés ont une durée de vie et donc méritent d’être entretenus. C’est pourquoi cet atelier de lancement se donne également pour but de sensibiliser les bénéficiaires afin qu’ils en prennent soins. Prendre soins des ouvrages, c’est rallonger leur durée de vie et par ricochet celle des bienfaits qu’ils procurent ».


Pour sa part, le Maire de la commune du Golfe 1, Gomado Kwamy, s’est dit heureux de cet événement.


« Un pays qui aspire à l’émergence ne peut ignorer l’état de ses infrastructures routières qui constituent un véritable moteur pour le développement » a-t-il laissé entendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *