dimanche, juillet 12, 2020
Home > Société > Agro-alimentaire : Prolongation du PASA

Agro-alimentaire : Prolongation du PASA

La 14ème mission conjointe de la Banque mondiale et du ministère de l’agriculture, de la production animale et halieutique tenue à Lomé du 22 au 25 juin dernier a permis à ces entités de passer en revue la 13ème mission réalisée en Juin 2019. Cette mission a été consacrée essentiellement aux principales composantes de financement additionnel du Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA). Dans ce contexte de coronavirus, les parties prenantes sont obligées de faire l’évaluation depuis leurs bureaux respectifs par une vidéo-conférence. Aussi dans ce même contexte, de la cellule de Suivi-évaluation en passant par la gestion financière, la cellule environnementale et sociale, la passation des marchés à la communication, des présentations de réalisations, des difficultés tout est passé en revue en vidéoconférence dans le but de recadrer, de réajuster les actions du projet. Les travaux ont été sanctionnés par une bonne note.

Dans l’optique de réhabilitation et de renforcement des capacités productives des bénéficiaires dans les filières sélectionnées et de favoriser un environnement institutionnel propice au développement du secteur agricole, le projet PASA a vu le jour. Ce projet a connu deux phases d’exécutions dont la première dénommée «la phase initiale », a couvert la période de 2011-2017 en engrangeant d’importants résultats positifs qui ont débouché sur une seconde phase appelée « la phase additionnelle », pour la période de 2017-2020. Soulignons que le projet d’appui au secteur agricole (PASA) tire à sa fin alors, la mise en œuvre des recommandations de cette 14ème mission de supervision permettrait de capitaliser les acquis du projet tout en lui assurant des résultats fiables et durables.

Notons que le gouvernement togolais ne ménage aucun effort pour rendre l’agriculture plus moderne afin d’assurer une sécurité alimentaire et nutritionnelle à la nation sans oublier la sous-région. Aussi une économie forte, inclusive, compétitive et génératrice d’emplois décents et stables à l’horizon 2030 et de réduction de la pauvreté et vulnérabilité rurale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *